2006-9-3-zhgshj-03Rapport mis à jour: https://endorganpillaging.org/wp-content/uploads/2016/06/Bloody_Harvest-The_Slaughter-June-23-V2.pdf

En juillet 2006, un rapport indépendant a été rédigé par MM. David Kilgour et David Matas, deux avocats canadiens qui ont parlé à d’autres nouveaux témoins en Chine. Ils ont pu recueillir plus de 30 éléments de preuve distincts à l’appui des allégations des témoins initiaux. Bien que les auteurs aient admis qu’ils n’étaient pas en mesure de prouver de manière concluante les allégations en raison des restrictions imposées à leur enquête par le gouvernement chinois, le rapport Kilgour & Matas fournit néanmoins une quantité critique de preuves circonstancielles que le prélèvement systématique d’organes a effectivement lieu en Chine. Ils ont malheureusement conclu que les allégations de prélèvements systématiques d’organes ciblant spécifiquement les adeptes du Falun Gong sont vraies. Leur rapport note en outre que la persécution des victimes innocentes sanctionnée par le gouvernement, telle que pratiquée par la Chine, représente une nouvelle forme de mal dans le monde.

En mai 2006, la Coalition pour enquêter sur la persécution du Falun Gong en Chine (CIPFG), une organisation basée à Washington D.C., a demandé à l’ancien ministre d’État canadien pour l’Asie et le Pacifique David Kilgour et David Matas, avocat international des droits de l’homme, d’enquêter sur les allégations de prélèvement d’organes sur des pratiquants de Falun Gong vivants. Les auteurs ont publié leur « Rapport sur les allégations de prélèvement d’organes sur des pratiquants de Falun Gong en Chine » après deux mois d’enquête le 6 juillet 2006.

Ils ont pu rassembler 18 indices et éléments de preuve significatifs qui pointaient vers un prélèvement systématique d’organes principalement sur des pratiquants de Falun Gong vivants. En rassemblant tous les éléments de preuve et les indices et en les examinant dans leur ensemble, les deux enquêteurs sont arrivés à la conclusion que les allégations de prélèvement d’organes en Chine sont vraies et ont déclaré que ces pratiques en Chine sont une nouvelle forme de mal.

Il est crucial de comprendre que les victimes ne sont pas des criminels et que leur exécution n’est pas une exécution légale d’une peine, mais un acte arbitraire de meurtre après une correspondance tissulaire réussie. David Kilgour a déclaré : « Ces (victimes) ne sont pas des criminels exécutés. »

David Kilgour et David Matas ont voyagé dans plus de 30 pays dans le passé et ont présenté leur rapport à plusieurs gouvernements, organisations et individus. Leur rapport est actuellement traduit en 18 langues. Les deux enquêteurs continuent de recevoir plus de données et de preuves de témoins ou de victimes, ce qui confirme le rapport initial. Le 31 janvier 2007, ils ont publié une version révisée de leur rapport, qui contient maintenant 33 éléments de preuve.

Les enquêteurs ont examiné toutes les voies de preuve et de réfutation disponibles.

Résumé des 33 éléments de preuve :

  1. Considérations générales
    1. La Chine est un violateur systématique des droits de l’homme. Le schéma général des violations rend le rejet plus difficile que toute violation alléguée.
    2. Le gouvernement chinois a considérablement réduit le financement du système de santé. Les transplantations d’organes sont une source majeure de fonds pour ce système, remplaçant le financement gouvernemental perdu.
    3. Le gouvernement chinois a donné le feu vert à l’armée pour collecter des fonds pour des armes en privé. L’armée est fortement impliquée dans les transplantations d’organes pour collecter des fonds pour elle-même.
    4. La corruption en Chine est un problème majeur. Il y a énormément d’argent à tirer des greffes et un manque de contrôle de l’État sur la corruption.
  2. Considérations spécifiques au prélèvement d’organes
    1. La technologie s’est développée au point où le prélèvement d’organes sur des innocents pour leurs organes est devenu possible. Les développements de la chirurgie de transplantation en Chine échouent en proie à la cruauté, à la corruption, à la répression qui imprègne la Chine.
    2. La Chine prélève les organes de prisonniers condamnés à mort sans leur consentement. Le Falun Gong constitue une population carcérale que les autorités chinoises vilipendent, déshumanisent, dépersonnalisent, marginalisent encore plus que les prisonniers exécutés condamnés à mort pour des infractions pénales.
    3. Il n’existe pas de système organisé de dons d’organes en Chine. Il y a une aversion culturelle chinoise pour le don d’organes.
    4. Les temps d’attente pour les greffes d’organes en Chine sont incroyablement courts, une question de jours. Partout ailleurs dans le monde, les temps d’attente se mesurent en mois et en années.
    5. Les sites Web des hôpitaux publient des informations auto-incriminantes offrant des temps d’attente courts pour tous les organes pour des paiements importants.
    6. Les receveurs de donneurs que nous avons interviewés nous parlent du secret avec lequel la chirurgie de transplantation est entreprise et de la forte implication de l’armée. Les informations données aux patients sont réduites au minimum. Les greffes sont effectuées dans les hôpitaux militaires et, même dans les hôpitaux civils, par le personnel militaire.
    7. Il y a énormément d’argent à gagner en Chine grâce aux greffes. Les prix facturés aux étrangers vont de 30 000,00 $ US pour les cornées à 180 000,00 $ US pour une combinaison rénale hépatique.
    8. Il n’y a pas d’éthique chinoise de transplantation distincte des lois qui régissent les greffes. La Chine n’a pas d’organe disciplinaire autonome pour les professionnels de la transplantation.
    9. Il y a d’énormes lacunes dans l’éthique de la transplantation à l’étranger. Il est rare que l’éthique étrangère de la transplantation traite spécifiquement du tourisme de transplantation ou du contact avec des professionnels chinois de la transplantation ou des greffes de prisonniers exécutés.
    10. La pratique de la vente d’organes en Chine était légale jusqu’au 1er juillet 2006. Aujourd’hui encore, la nouvelle loi interdisant la vente d’organes n’est pas appliquée.
    11. Partout, la législation étrangère en matière de transplantation est territoriale. Il n’est pas illégal pour un étranger dans n’importe quel pays d’aller en Chine, de bénéficier d’une greffe qui serait illégale chez lui, puis de rentrer chez lui.
    12. De nombreux États ont des avertissements aux voyageurs, avertissant leurs citoyens des dangers de voyager dans un pays ou un autre. Mais aucun gouvernement n’a publié d’avis aux voyageurs sur les transplantations d’organes en Chine.
    13. La chirurgie de transplantation d’organe repose sur des médicaments anti-rejet. La Chine importe ces médicaments des grandes sociétés pharmaceutiques. Aucun État n’interdit l’exportation vers la Chine de médicaments anti-rejet utilisés pour les patients transplantés d’organes.
    14. Certains régimes de santé administrés par l’État paient les soins de santé à l’étranger dans le montant qui serait payé si les soins étaient administrés dans le pays d’origine ou paient pour les soins après les soins des patients qui obtiennent des greffes à l’étranger. Lorsque cela se produit, il n’y a, dans aucun pays, d’interdiction de paiement lorsque le patient obtient une greffe d’organe en Chine.
  3. Considérations spécifiques au Falun Gong
    1. Le Parti communiste chinois, sans autre raison apparente que la paranoïa totalitaire, considère le Falun Gong comme une menace idéologique pour son existence. Pourtant, objectivement, le Falun Gong n’est qu’un ensemble d’exercices avec une composante spirituelle.
    2. La menace que le Parti communiste perçoit de la part de la communauté du Falun Gong a conduit à une politique de persécution. La persécution du Falun Gong en Chine est officiellement décidée et décrétée.
    3. Les pratiquants de Falun Gong sont victimes d’une diffamation extrême. La position officielle chinoise sur le Falun Gong est qu’il s’agit d’une « secte maléfique ». Pourtant, le Falun Gong ne partage aucune des caractéristiques d’une secte.
    4. Les pratiquants de Falun Gong sont victimes de tortures et de mauvais traitements systématiques. Bien que les allégations de prélèvement d’organes sur des pratiquants de Falun Gong aient été accueillies avec doute, il n’y a aucun doute sur cette torture.
    5. Les pratiquants de Falun Gong ont été arrêtés en grand nombre. Ils sont détenus sans procès ni inculpation jusqu’à ce qu’ils renoncent aux croyances du Falun Gong.
    6. Il y a des milliers de pratiquants de Falun Gong nommés et identifiés qui sont morts à la suite de tortures. Si le gouvernement chinois est prêt à tuer un grand nombre de pratiquants de Falun Gong par la torture, il n’est pas si difficile d’imaginer qu’ils seraient prêts à faire de même par le prélèvement d’organes.
    7. De nombreux pratiquants, dans le but de protéger leurs familles et leurs communautés, ne se sont pas identifiés une fois arrêtés. Ces personnes non identifiées constituent une population particulièrement vulnérable.
    8. Les pratiquants de Falun Gong en prison sont systématiquement soumis à des tests sanguins et à des examens physiques. Pourtant, parce qu’ils sont également systématiquement torturés, ces tests ne peuvent pas être motivés par des préoccupations concernant leur santé.
    9. Les sources traditionnelles de transplantations – les prisonniers exécutés, les donneurs, les personnes en état de mort cérébrale – sont loin d’expliquer le nombre total de greffes en Chine. La seule autre source identifiée qui peut expliquer la montée en flèche du nombre de greffes est celle des pratiquants de Falun Gong.
    10. L’argent des transplantations d’organes à gagner a conduit à la création d’installations dédiées, spécialisées dans les transplantations d’organes. Les autorités chinoises doivent avoir la certitude qu’il existe dans un avenir prévisible une source immédiate d’organes provenant de personnes qui sont vivantes aujourd’hui et qui seront mortes demain. Qui sont ces gens? Une grande population carcérale de pratiquants de Falun Gong fournit une réponse.
    11. Dans quelques cas, entre la mort et la crémation, les membres de la famille des pratiquants de Falun Gong ont pu voir les cadavres mutilés de leurs proches. Des organes avaient été prélevés.
    12. Nous avions des appelants qui téléphonaient aux hôpitaux de toute la Chine en se faisant passer pour des membres de la famille de personnes qui avaient besoin d’une greffe d’organe. Dans une grande variété d’endroits, ceux qui ont été appelés ont affirmé que les pratiquants de Falun Gong (réputés en bonne santé en raison de leur régime d’exercice) étaient la source des organes. Nous avons des enregistrements et des factures de téléphone pour ces appels.
    13. Nous avons interviewé l’ex-femme d’un chirurgien de Sujiatun qui avait dit que son mari avait personnellement enlevé les cornées d’environ 2 000 prisonniers de Falun Gong anesthésiés à l’hôpital Sujiatun de la ville de Shenyang, dans le nord-est de la Chine, au cours de la période de deux ans précédant octobre 2003. Son témoignage était crédible pour nous.
    14. Il y a eu deux enquêtes indépendantes de la nôtre qui ont abordé la même question que nous avons abordée, à savoir s’il y a des prélèvements d’organes sur des pratiquants de Falun Gong en Chine, l’une par Kirk Allison de l’Université du Minnesota, l’autre par le vice-président du Parlement européen, Edward McMillan-Scott. Les deux sont arrivés à la même conclusion que nous. Ces enquêtes indépendantes corroborent notre propre conclusion.
    15. Le Gouvernement chinois a réagi à la première version de notre rapport d’une manière peu convaincante. La plupart du temps, les réponses ont été des attaques contre le Falun Gong. Le fait que le Gouvernement chinois, avec toutes les ressources et informations à sa disposition, les ressources et les informations dont nous ne disposons pas, n’ait pas été en mesure de contredire notre rapport donne à penser que nos conclusions sont exactes.

Texte intégral du rapport révisé sur les allégations de prélèvement d’organes sur des pratiquants de Falun Gong en Chine..

Texte intégral des annexes.